LA FORMATION 3

LA FORMATION

Préparer aux métiers d’aujourd’hui et de demain

Les métiers du cinéma, de l’audiovisuel et de la vidéo numérique ont beaucoup de points communs. Pour autant, être « opérateur image » dans le cinéma a peu de choses à voir avec caméraman en vidéo.

Les mutations des pratiques professionnelles permises par les technologies numériques ont bouleversées l’organisation du travail qui repose de plus en plus sur des notions de polyvalence, surtout pour un jeune en début de parcours professionnel.

En cinéma, il existe un chef opérateur, un cadreur, un pointeur, un premier assistant, un second. En vidéo, l’opérateur de prise de vue travaille le plus souvent seul, il est parfois réalisateur et/ou monteur. Il sait obligatoirement se servir d’un ordinateur, et c’est souvent grâce à Internet qu’il trouve un emploi, des emplois car le secteur est le plus souvent soumis au principe de l’intermittence.

Les emplois en cinéma sont peu nombreux en Guyane, quasi inexistants, voir nuls à St-Laurent du Maroni. Par contre, une petite dizaine d’emplois en audiovisuel et en vidéo pour Internet existent dans l’Ouest guyanais et sont en constante augmentation.

Les modules proposés ci-dessous ont l’objectif d’être concrets et de permettre l’acquisition de connaissances et de savoir-faire qui sont le plus susceptibles d’être utilisés au quotidien, aujourd’hui et dans un futur proche.

Nous axons les séances sur le voir et le faire, avec des rendus d’atelier très concrets et des productions réalisées par les apprenants :

  • un blog racontant la formation
  • 2 films d’animation
  • 1 court-métrage de fiction
  • 3 ou 4 reportages
  • 1 émission de plateau avec invités
  • 1 DVD comprenant toutes les productions.

La pratique domine la théorie comme l’exprime si bien un producteur : « Outre l’enseignement théorique nécessaire, surtout pour les postes à haute technicité (caméra, son, déco, costumes..), l’important est que chacun comprenne en premier lieu que tout travail (surtout logistique, assistant mise en scène, régie, production mais aussi les autres postes, même techniques) a une logique, qu’il ne faut pas être attentiste, mais faire fonctionner son cerveau et sa logique. Ensuite la pratique et l’expérience font le reste. Ce n’est pas inhérent au cinéma, la plupart des métiers procèdent de la même façon. » (Eric Chabot, directeur de production).

L’idée première pourrait être de faire comprendre et aimer le cinéma, la réalisation, la production… Après, passer à la pratique. Faire des films, des petites fictions, des reportages, des clips, des films d’animation. Commencer par un module de visionages et analyses filmiques pour orienter les apprenants vers un mode cinéma/vidéo/média réfléchi, analysé, compris.